Aurélia Lassaque: Poèmes (French)

Poèmes – Aurélia Lassaque

Lo rei de seda saura

Engana l’aucelum e tuteja l’aura.

Quilhat dins l’èrba salvatja

A perdut sos uèlhs

Raubats a la vèsta d’un soldat.

Tres gojats son venguts

Qu’an escampat sas tripas pel sòl

Per i prene qualque dròlla mal pintrada.

Privat de son còs de seda saura,

L’espaurugal

Fa de sòmis descabestrats

Que desvarian los aucèls.

**

Le roi de soie blonde

Il trompe les oiseaux et il tutoie le vent.

Dressé dans l’herbe sauvage

Il a perdu ses yeux

Volés à la veste d’un soldat.

Trois jeunes hommes sont venus

Qui ont répandu ses tripes sur le sol

Pour y prendre quelque fille mal mise.

Privé de son corps de soie blonde,

L’épouvantail

Fait des rêves débridés

Qui égarent les oiseaux.

**

(Occitan)

Un ostal de peira e de cortinas de lin coloradas per la lutz e la posca mescladas.

La mar granda, fins a l’asuèlh, agacha per la fenèstra.

Dins l’ostal, una femna encara verge ; sos pelses de cendre qu’atissa lo vent de la nauta mar balan amb lo ser.

Sus la taula, son vièlh trocèl ben plegat, atrai son agach quand los aucèls de nuèch se meton a cantar.

**

(Français)

Une maison de pierre et des rideaux de lin colorés par la lumière et la poussière mêlées.

L’océan, jusqu’à l’horizon, regarde par la fenêtre.

Dans la maison, une femme encore vierge ; ses cheveux de cendre que taquine le vent de la haute mer dansent avec le soir.

Sur la table, son vieux trousseau bien plié, attire son regard quand les oiseaux de nuit se mettent à chanter.

Publié dans l’anthologie Bacchanales Ce qu’île dit, en 2010.

**

Lo Sòmi d’Euridícia

Cavarem d’autras regas que cobrirem de cendre.

Veirem morir lo vent carrejaire d’oblit.

Aurai de pomas dins ma pòcha raubadas a mai paure que ieu.

Las pelarem amb d’espasas.

E amb çò que sòbra de nòstres sòmis

Ne bastirem mai

Delà los fuòcs

E la termièra de l’agach.

**

Le rêve d’Eurydice

Nous creuserons de nouveaux sillons que nous couvrirons de cendre.

Nous verrons mourir le vent qui charrie l’oubli.

J’aurai des pommes dans ma poche volées à plus pauvre que moi.

Nous les pèlerons avec des épées.

Et avec les restes de nos rêves

Nous en bâtirons d’autres

Par delà les feux

Et la frontière du regard.

Poème publié sous forme de livre d’artiste. Editions les Aresquiers (février 2011). Mis en ouvrage par Véronique Agostini.

Jarkko Tontti

Leave a reply